Piétonnier de Bruxelles

Alors ça y est, vendredi soir, quand j’ai roulé sur les boulevards, c’était la dernière fois.
Bon, je ne vais pas me lancer dans une critique de ce piétonnier sur le plan des principes, mais plutôt sur la forme. Et là je voudrais me concentrer sur les trucs qui me semblent le plus bizarre: la mise en piétonnier de la place Fontainas, et l’étrange sort de la rue Van Artevelde.
Le piétonnier de la place Fontainas

Le piétonnier de la place Fontainas : un ilot !

Voici le piétonnier de la place Fontainas, en mauve, tel qu’il apparait sur le site de la ville.

J’ai du mal à comprendre ce morceau de piétonnier séparé du reste du piétonnier par le boulevard Anspach encore roulant dans la direction midi (après Fontainas, le boulevard devient Lemonnier).

En fait, le piétonnier de la place Fontainas n’est pas relié du tout au reste du piétonnier.

Second élément bizarre, la rue Van Artevelde, qui a été mise à sens unique dans les deux sens. J’explique: d’abord depuis la porte d’Anderlecht jusqu’au croisement avec la rue des 6 Jetons, la rue d’Anderlecht puis la rue Van Artevelde sont à sens unique vers la ville. Par contre, là, celui qui roule vers la ville rencontre un sens interdit, parce que la même rue van Artevelde est, sur ce tronçon, à sens unique vers l’extérieur de la ville. Et il en est ainsi jusqu’au parking 58 sur sa continuation (rue de la Vierge Noire, rue de Laeken).

Voyons comment ces deux problèmes sont liés, et comment ils vont provoquer l’arrivée dans un goulot d’étranglement de ceux qui veulent rejoindre l’ouest de Bruxelles (Midi, Anderlecht, etc) à partir du centre et de ceux qui veulent aller vers le centre. Bref, un beau foutoir en perspective.
La place Fontainas comme goulet d'étranglement

La place Fontainas comme goulet d’étranglement

Si vous voulez quitter le centre vers le midi vous avez grosso modo le choix entre deux trajets.

C’est donc: soit rue Fossé au Loups, traverser le boulevard, rue des Augustins, prendre à gauche rue de Laeken (Parking 58) puis tout droit, rue de la rue de la Vierge Noire et rue Van Artevelde, jusqu’à ce que vous soyez coincé quand la rue Van Artevelde devient sens unique DANS L’AUTRE SENS ! Que vous alliez vers l’extérieur ou vers l’intérieur, vous devrez alors prendre la rue des 6 Jetons soit vers le boulevard Lemonnier, soit vers l’extérieur.

Prendre la rue des 6 Jetons vers l’extérieur vous amène vers de minuscules rues, avec une seule échappatoire qui vous amène au boulevard de l’Abattoir aux environs de la porte de Ninove. Pas terrible.

Reste donc, pour tout le monde, la rue des 6 Jetons vers le boulevard Lemonnier, pour rejoindre la place Fontainas dont vous ferez le tour pour rejoindre le boulevard Lemonnier soit pour aller vers le midi soit pour remonter le rue des Bogards puis la rue des Alexiens vers le Boulevard de l’Empereur (soit dit en passant, vous vouliez aller au centre, vous vous retrouvez boulevard de l’Empereur, pas fameux non plus pour un plan de circulation censé décourager le trafic de transit!).

Autre solution pour ceux qui veulent sortir de Bruxelles, descendre par la rue du Lombard et la rue des Teinturiers (plus possible de prendre la rue du Midi à gauche), vous arrivez donc au Bd Anspach que vous prenez à gauche (à droite, vers De Brouckère, c’est fermé, à gauche, une bande dans le sens midi) ce qui vous amène place Fontainas, fermée et piétonne, que vous devez donc contourner, mais en laissant passer ceux qui arrivent de la rue des 6 Jetons.

Bref, l’essentiel du trafic pour le midi et de ceux qui cherchent à se rendre au centre va se retrouver place Fontainas, sur une minuscule rue. J’y ai vu un bus qui manœuvrait très difficilement aujourd’hui.

 

Il y a dans ce plan pas mal de bêtises, mais celle-là a le pompon pour moi, et je prédis un cauchemar dans ce secteur.S’il y a une chose à supprimer dans ce plan, c’est donc la mise de la place Fontainas en piétonnier et la mise de la rue Van Artevelde à sens unique contradictoire.

La mort à la peine !

5954717390_une-salle-pour-injonction-letaleDennis McGuire, un salopard qui avait violé et assassiné une femme enceinte en 1989, a été exécuté hier dans un pénitencier de l’Ohio.

Comme les fabricants de la drogue précédemment utilisée ont arrêté d’en fournir pour les exécutions capitales, McGuire a été exécuté avec un nouveau cocktail de drogues qui n’avait pas encore vraiment fait ses preuves.

En fait, déjà utilisé une première fois, il n’avait pas semblé être aussi efficace, et les avocats de McGuire avaient essayé de faire arrêter l’exécution sur base de la souffrance supposée que le condamné pouvait subir, exposant que leur client allait mourir de suffocation causée par la paralysie.

C’était intelligent de leur part. Il faut en effet savoir que la peine de mort a connu un moratoire au États-Unis dans les années ’70: de 1967 à 1977, il n’y a pas eu d’exécution capitale aux États-Unis, et en 1972, la Cour Suprême avait estimé que la peine de mort, telle qu’elle était appliquée dans les états de l’union, était un un châtiment cruel et inhabituel.

En 1976, la Cour Suprême valida à nouveau la peine de mort, notamment parce que les états concernés avaient revu les conditions d’application de celle-ci. C’est l’époque où les exécutions par injection létale sont apparues, méthode sensée être “plus humaine”.

Or voilà que McGuire a agonisé pendant 15 à 20 minutes ! Un juge fédéral avait rejeté le recours de ses avocats en jugeant que la preuve n’avait pas été faite que McGuire courait un risque substantiel d’expérimenter une souffrance sévère. Il se pourrait bien que sa mort change quelque peu les choses !

Le phantasme du gitan voleur d’enfants

Famille rom, Croatie, 1941 (Commons)

C’était un contrôle de routine dans ce camp de roms, ce 18 octobre, près de Pharsale dans le centre de la Grèce : la police cherchait de la drogue et des armes, mais est interpellée par la présence de cette petite fille blonde aux yeux clairs et par le peu de ressemblance entre elle et ses parents. Ces derniers, un homme de 39 ans et une femme de 40, se perdent un peu dans leurs explications, il faut dire qu’ils ont déclaré beaucoup d’enfants. Ils finissent par dire que l’enfant leur a été confiée par la mère biologique incapable de l’élever. Un test ADN confirme l’absence de lien familial, et c’est là que l’enfer se déchaine.

Dès le 19 octobre, on envisage un trafic d’enfants. Atlantico ne se pose même pas de question: c’est certain, la fillette devait être vendue et en fait, les parents la gardaient pour la vendre en mariage dès ses 12 ans ! Dans le délire raciste, Atlantico fait très fort, puisque pour eux, c’est certain, “son physique – blonde aux yeux bleus – peu commun chez les Roms aurait permis à ses “parents” de récupérer une jolie dot“.

Les medias du monde entier font leur Une sur l’ange blond dont on recherche les parents et certains parents d’enfants disparus croient reconnaitre leur enfant.

Une ONG a beau mettre en garde contre le stéréotype du rom voleur d’enfant, c’est trop tard: en Irlande, deux familles de roms sont brièvement privées de leurs enfants, que les autorités estiment trop différents de leurs parents, enfants qui sont rendus après expertise ADN.

Il faut que les vrais parents, des roms encore plus pauvres,  soient retrouvés pour que l’hystérie se calme et que l’ange blond disparaisse des nouvelles.

Gênés les medias? Sans doute un peu. Atlantico publie une analyse de la criminalisation des roms par une contributrice externe. L’analyse de Télé Moustique est assez dure, et devrait nous pousser à faire un peu d’introspection: comment pouvons nous gober de telles âneries racistes au 21eme siècle?

La tradition c’est la tradition !

Un baptême à Amsterdam dans les années ’60 (source: Commons)

Une étudiante de Liège tombe dans le coma suite à un bizutage. Boire 10 litres d’eau, cela peut provoquer notamment un œdème cérébral qui peut avoir de sérieuses conséquences: un étudiant californien, Matt Carrington, est mort en 2005 de complications suite à un rituel de bizutage qui impliquait de boire de grandes quantités d’eau. Dans le cas de Liège, la jeune étudiante est sortie du coma apparemment sans suite sérieuse pour sa santé, mais du coup, évidemment, revient le débat sur ce qu’il faut faire pour empêcher ces incidents.

Le décès de Matt Carrington a abouti à une loi qui interdit les bizutages, et le bizutage est un délit dans 44 états américains.  Il en est de même en France où le code pénal interdit “Le fait pour une personne, d’amener autrui, contre son gré ou non, à subir ou à commettre des actes humiliants ou dégradants lors de manifestations, ou de réunions liées aux milieux scolaires et socio-éducatif“. En Arizona, la loi définit le bizutage comme “tout acte provoquant ou contribuant à créer un risque de blessure physique, de souffrance mentale ou d’humiliation“.

J’ai été baptisé, et je dois à la vérité de dire que mon baptême fut plutôt un moment amusant, mais qu’il y eut dedans certains éléments qui ressortent des définitions données ci-dessus. Mais je n’en suis pas mort, et j’ai longtemps été neutre à ce sujet, dans la mesure où certaines limites n’étaient pas dépassées.

Pourtant, à la réflexion, je pense que je suis à présent plutôt favorable si pas à une interdiction des initiations, en tout cas à une interdiction telle qu’elle existe en France.

Cela n’interdit pas une cérémonie de passage ou des activités. En France, par exemple, malgré des dérapages, on voit des intégrations se construire autour de jeux divers ou de déguisements.

Mais il me semblerait raisonnable de liquider des rites d’initiation toute cette bimbeloterie d’humiliations répétées d’année en année.